Permis Pratique

Tous les secrets pour réussir l'examen du permis de conduire



3 – Les priorités

- à droite pour certains carrefours et certains ronds-points :
Même si vous connaissez le parcours, montrez à l’inspecteur que vous êtes vigilant en ralentissant lorsque vous arrivez à une intersection, à moins qu’il soit très clair que vous êtes prioritaire à l’avance (marquage en ligne continue indiquant un Stop, panneau Stop très visible, panneau de route prioritaire rencontré précédemment sur votre route…)

Certains ronds-points fonctionnent encore sur le principe de la priorité à droite. Il vous faut alors systématiquement laisser la priorité à tout véhicule arrivant par la droite, et ce, même si vous êtes déjà engagé sur le rond-point.

- à gauche sur la plupart des ronds-points dits giratoires :
À l’approche du rond-point, veillez à rétrograder en seconde, et observez rapidement votre environnement. Comme la priorité est donnée aux véhicules circulant déjà sur le giratoire, laissez-les impérativement passer, de même que tout véhicule qui serait en vue sur une des routes se situant à votre gauche ! Enfin, n’oubliez pas de repartir de façon énergique dès que vous avez le champ libre.

- priorité piétons :
Il vous faut ralentir, voire vous arrêter suivant la proximité de votre véhicule avec un éventuel piéton. Faites bien attention aux passages pour piétons, mais aussi à ce qu’il se passe sur les trottoirs. Vous pourrez ainsi déceler un comportement à risque avec des enfants, ou des personnes ayant une trajectoire aléatoire et pouvant débouler en dehors des endroits qui leur sont réservés.

Attention : au niveau de certains passages pour piétons, il est possible qu’un véhicule de grand gabarit stationné, comme un camion, cache un piéton qui s’apprête à traverser. N’hésitez pas à ralentir lorsque vous arrivez devant une telle configuration.

4 – Le placement

Certains aménagements comportent énormément d’informations quant au marquage au sol, en particulier dans les grandes agglomérations. Veillez à les repérer à l’avance pour ne pas vous laisser surprendre. Écoutez attentivement les directives de votre inspecteur pour rechercher immédiatement comment vous placer et où vous diriger. Une vitesse modérée vous permettra d’appréhender sereinement les indices pour vous placer correctement, notamment lorsque plusieurs files de circulation s’offrent à vous.

5 – Les manœuvres

Inutile de vous stresser à outrance pour les manœuvres. On ne vous en voudra pas si vous vous y reprenez en plusieurs fois. L’essentiel est de réaliser la manœuvre en assurant la sécurité à bord (clignotant au plus tôt avant la manœuvre, contrôles derrière et autour du véhicule) en ayant des gestes assurés, et en finissant par effectuer la manœuvre correctement.

Le stationnement est jugé correct dès lors que les conditions suivantes sont
réunies :


- l’ensemble du véhicule est à l’intérieur de l’emplacement, garé le plus droit possible – mais là encore, on ne vous en voudra pas si vous êtes légèrement de biais du moment que votre véhicule ne dépasse pas les limites du marquage ;

- les distances de sécurité sont respectées latéralement pour les rangements en batailles ou en épis (en général, on doit pouvoir ouvrir la portière des deux côtés sans être gêné) ; et devant et derrière pour un rangement en créneau (veillez à laisser un espace suffisant entre votre voiture et celle de devant, de façon à pouvoir lire sans problème la plaque d’immatriculation de cette dernière) ;

- le véhicule n’est pas monté sur un trottoir ;

- les roues sont droites.

À la fin de la manœuvre, n’oubliez pas de mettre la voiture au point mort et d’enclencher le frein à main.

Astuce :
Si vous devez effectuer un rangement en épis en marche avant à côté d’un véhicule, privilégiez une place où :
  • il reste une place vide à votre gauche lorsqu’il s’agit de rangements en épis à gauche de la chaussée ;
  • il reste une place vide à votre droite lorsqu’il s’agit de rangements en épis à droite de la chaussée. De cette façon, vous aurez une meilleure visibilité au moment de repartir en marche arrière.


Nina Belile est l'auteure de ce sujet, ainsi que du livre Permis de galérer.

Le passage du permis B (auto), elle le connaît mieux que quiconque pour l'avoir obtenu en 2011 à l'âge de 30 ans, après un très long chemin semé d’embûches en tous genres.

Dix moniteurs différents, pas moins 118 heures de conduite, 6 000 € et la réussite en tant que candidat libre, au total son permis de conduire lui est revenu en termes de temps au passage d'un BTS (2 ans).

Si elle dénonce les failles du système d'apprentissage de la conduite en France dans son ouvrage, Nina Belile a également la volonté de faire partager sa longue expérience et ses conseils aux autres candidats dans les colonnes de Permis Pratique comme journaliste.


Retrouvez aussi Nina Belile sur le site web dédié à son livre : Permis de galérer

1 2


Dimanche 6 Avril 2014



Les examens | Code (ETG) | Le guide d'evaluation P.L. et BE | Les interrogations orales P.L. et BE | Les interrogations écrites P.L