Permis Pratique

Futurs radars mobile-mobiles : les raisons pour ne pas en avoir peur !


Les nouveaux radars mobile-mobiles embarqués sont les épouvantails pour la fin de l'année 2012, c'est affiché. Pourtant leur efficacité déjà soigneusement médiatisée ne semble pas aussi certaine. Face à l'amusante mystification, quelques explications s'imposent


Futurs radars mobile-mobiles : les raisons pour ne pas en avoir peur !
Il s’agit des futurs radars mobiles embarqués dans des voitures radars anonymes noyées dans le flot de circulation et qui « flashent », c'est-à-dire qui photographient les véhicules les doublant ou les croisant en excès de vitesse. Sur le papier, le concept de ce contrôle de vitesse semble tout à la fois difficile à détecter, notamment par les avertisseurs de « dangers », et promet ainsi d’être très efficace. Dans la pratique, les choses sont beaucoup plus nuancées et si tout le monde l’a déjà oublié, le radar mobile embarqué est loin d’être une innovation, mais la simple remise en piste d’une idée déjà essayée et aussitôt abandonnée au début des années 90. En effet, il y a tout juste 20 ans, le radar embarqué et mobile était déjà présenté comme l’outil indétectable pour la lutte contre les excès de vitesse. Les autorités de l’époque étaient si convaincues de sa pertinence qu’une présentation du système à la presse fut même organisée sur le circuit de Montlhéry et votre serviteur y était ! Pour la première fois en France, on parlait de contrôle de vitesse mobile, c'est-à-dire en dynamique et si la démonstration semblait effectivement très prometteuse, la mise en test du système montra très vite des failles insurmontables.
Du coup, les radars mobiles placés dans des voitures banalisées ont très vite rejoint les bas-côtés des routes et des autoroutes pour ne plus bouger face aux problèmes de mise en œuvre en dynamique. En revanche, l'appellation « mobile » est restée est même entré dans les mœurs au point qu'aujourd'hui, les autorités ont dû réinventer le concept du « mobile – mobile » pour redéfinir son retour au contrôle de vitesse dynamique.

Le contrôle de la vitesse en dynamique fait face à de nombreux problèmes

Dans le détail, la première voiture radar coûtait à l'époque une véritable fortune, ce qui semble être toujours le cas, car personne n'ose avouer réellement son prix, tout en annonçant un déploiement en force. De plus, les coûts de mise en œuvre étaient importants pour un rendement très faible. Certes la technologie a beaucoup progressé, et techniquement le contrôle embarqué ne pose aujourd’hui plus le moindre problème, mais l'expérimentation du contrôle embarqué et dynamique a surtout démontré trois failles importantes qui n’ont rien à voir avec la technologie.

Jeudi 4 Octobre 2012
Christophe Harmand



Conduite | Pratique | Essais L5E : les trois roues du permis B