Permis Pratique

Bien se préparer pour réussir l'examen du permis de conduire


Le redoutable examen du permis de conduire se rapproche, mettez toutes les chances de réussite de votre côté avec les bons conseils. A la rédaction, notre journaliste Hadrien Augusto vient de décrocher son permis de conduire à la première tentative avec 31 points (la note maxi), et après un an en conduite accompagnée. Il nous livre son expérience et les clés du succès.


Vous voilà en fin de formation. L'intégralité de vos heures de conduite a été effectuée, et vous disposez de la majorité civile (18 ans). Pour ceux ayant suivi la formation en apprentissage anticipé à la conduite (AAC, à partir de 15 ans), vous pouvez passer l'examen à 17 ans et demi, un an après votre rendez-vous préalable à la conduite accompagnée. Si vous êtes élève en conduite supervisée, cette durée est de 3 mois et 1 000 km. Il ne vous reste plus qu'à attendre l'appel de votre auto-école pour planifier la date de votre examen au permis de conduire.

La planification de l'examen : évitez le stress

L'apprentissage à la conduite connaît donc des durées plus ou moins longues, que vous soyez élève en conduite accompagnée ou en formation classique. En effet, dans le premier cas, il se peut que vous ayez commencé vos heures de conduite depuis vos 15 ans, tout comme depuis seulement quelques semaines pour le second cas de figure. De fait, l'appel de votre auto-école – pour vous faire part de votre date de convocation au permis – pourrait dans certains cas de figure se montrer comme un facteur de stress, à voire que l'examen "ultra" important se rapproche. D'autant plus que les auto-écoles ne peuvent vous tenir au courant de la date précise généralement qu'un mois à l'avance. Un délai plutôt court, justifié par le fait que les centres d'examen attribuent le nombre de passages pour chaque auto-école uniquement entre les 18 et 25 jours du mois précédent.

Pour les apprentis conducteurs ayant suivi la formation AAC ou supervisée, les auto-écoles vous proposeront à cette occasion de planifier des heures de leçon de conduite supplémentaires, en vue de préparer l'examen. Elles se présentent généralement au nombre de 4 heures. Vous trouverez plus bas dans l'article leurs différentes utilités.
Une convocation pour votre examen vous sera envoyée par l'auto-école. Le papier sera à conserver et à présenter impérativement le jour J, tout comme vous devrez emporter avec vous une pièce d'identité valide et votre carnet d'apprentissage. Ce dernier – pour les élèves en conduite accompagnée ou supervisée – servira notamment à l'examinateur pour prendre acte de la durée minimale exigée depuis le rendez-vous préalable à la conduite avec accompagnateur. Pensez à bien préparer tous ses documents bien avant votre examen.

Retrouver une conduite "permis" pour les AAC et s'entraîner

La période jusqu'à l'examen du permis de conduire est donc la dernière pour pouvoir corriger vos derniers défauts de conduite. C'est également une étape clé pour les élèves en conduite accompagnée ou supervisée, tant ces derniers – après avoir souvent acquis de mauvaises habitudes au volant – devront retrouver obligatoirement une conduite "permis". Autrement dit, l'élève aura comme objectif premier de retrouver le comportement exigé pour l'obtention du permis, à savoir être en totale maîtrise de son véhicule, appuyant bien ses contrôles, ne gênant pas les autres usagers. Finalement : appliquer à la lettre le Code de la route.
Selon votre filière et votre volonté, vous aurez deux manières pour vous préparer : utiliser les heures de leçon de conduite supplémentaires proposées par votre auto-école. En conduite avec votre accompagnateur : pratiquer au mieux une conduite "permis" et additionner le plus de trajets possibles pour avoir une bonne expérience.

Bien utiliser les heures de leçon de conduite

Premièrement, il sera bénéfique de bien utiliser les heures de leçon de conduite planifiées avec votre auto-école, préalablement au passage du permis de conduire. Cette proposition se réalise la plupart du temps pour les élèves ayant suivi un apprentissage avec conduite accompagnée (et donc ayant arrêté les heures de leçon de conduite depuis quelque temps), mais un élève en formation traditionnelle pourra également demander quelques heures de conduite.

Ces heures de conduite avec l'auto-école présentent plusieurs avantages pour votre préparation. Elles permettent tout d'abord d'avoir un avis professionnel sur votre conduite, pouvant vous indiquer notamment des défauts auxquels vous n'auriez pas prêté attention. Ces heures serviront également à aller sur les différents parcours susceptibles d'être ceux auxquels l'examinateur vous demandera d'aller, tout en faisant une reconnaissance du terrain et de ses difficultés. La voiture utilisée sera la même que celle pour l'examen, vous permettant de vous sentir dans un poste de conduite familier le jour J. Chaque nouvelle leçon de conduite suppose également un nouveau réglage à bord du véhicule : utilisez celui-ci comme si vous étiez en condition d'examen, c'est-à-dire en n'oubliant aucun point, et en pensant bien à demander si tout le monde est bien attaché par exemple. Enfin, ce sera également un moment propice pour une piqûre de rappel sur les méthodes de manœuvre, du Code de la route, ou encore des conseils pour ne pas se laisser distraire le jour J. N'hésitez pas à questionner votre moniteur sur vos dernières interrogations.

AAC : Utilisez au mieux vos trajets avec votre accompagnateur

Parmi les différents types de formations, il en existe deux – conduite accompagnée et supervisée – auxquels une période sans leçon de conduite est décrétée. La formation en conduite accompagnée présente comme principal inconvénient que le conducteur novice s'accapare de mauvaises habitudes (moins de contrôles, pas assez d'anticipation notamment). En effet, avec un an en conduite et en n'ayant que deux rendez-vous pédagogiques obligatoires, vous passerez 12 mois sans véritable avis de moniteur. Votre conduite sera sûrement plus relâchée et c'est un phénomène répandu. Par ailleurs, ces formations ont tout de même le caractère avantageux de permettre aux élèves de pouvoir s'entraîner comme bon leur semble avant l'examen, sans accumuler les factures de leçons de conduite supplémentaires. Ainsi, on vous conseillera de bien chercher à retrouver la conduite enseignée par l'auto-école de votre propre côté, en laissant de côté les mauvaises habitudes et le trop-plein d'inattention qui gagne avec cette première expérience. Si vous étiez d'humeur à laisser le volant à votre accompagnateur précédemment, essayez de vous forcer à reprendre la main dessus pour vous entraîner dans différentes situations, sur différentes routes, tout en essayant de faire des manœuvres. C'est logique, mais entrainez-vous surtout sur vos difficultés et évitez les petites balades toute droite.

Ne négligez pas vos apprentissages théoriques et le Code

Force est de constater que comme tout autre examen, il est important de passer par une certaine dose de bachotage. Voici ce qu'il est important de réviser pour le permis de conduire.

Préparer les questions de l'examen

Sur les 32 minutes que compose le protocole classique d'un examen de permis B, chaque élève sera questionné par son examinateur sur de la théorie. Généralement, ce moment se présentera lors de vos deux manœuvres à effectuer, et quand l'examinateur vous demandera de couper le moteur. La partie théorique relève de trois questions :
 
  1. Une question de vérification technique intérieure ou extérieure.
  2. Une question en lien avec la sécurité routière.
  3. Une question liée aux gestes et comportements de premiers secours.
 
Ces trois familles de questions sont présentées ensuite sous des séries de trois questions au nombre de 100. Lorsque vous serez le jour de l'examen, l'examinateur vous demandera d'indiquer les deux derniers chiffres du compteur kilométrique du véhicule. Ce nombre faisant foi du numéro de la série de questions à laquelle vous tomberez. Ainsi, le choix sera aléatoire, et vous aurez autant de chance de tomber sur une série comportant une vérification intérieure qu'une vérification extérieure.
Chez vous, travaillez ces questions bien à l'avance pour ne pas vous sentir dépassé en vous y prenant trop tardivement. Essayez de voir chacune des trois catégories de questions en séparé, car les séries de questions officielles partagent des mêmes questions entre elles. N'hésitez d'ailleurs pas à venir auprès de votre auto-école ou profiter des leçons de conduite supplémentaires pour réviser certains éléments avec votre moniteur, tout comme pouvoir appliquer les vérifications intérieures et extérieures grandeur nature avec le véhicule d'examen. Prenez donc soin d'apprendre les vérifications sur le bon modèle.

Revoir le Code de la route

L'apprentissage du Code de la route peut vous sembler assez lointain. Bien que vous ayez majoritairement gardé les règles en tête grâce notamment à la pratique sur la route, il sera à votre avantage que de revoir le Code de la route. Cela vous permettra d'éviter des erreurs ou des hésitations dans votre conduite. De plus, rappelons qu'un refus de priorité fait partie des fautes éliminatoires le jour du permis, au même titre que plusieurs autres déviances du Code de la route. Ainsi, faites bien attention en arrivant près d'un rond-point, à bien anticiper et ne pas couper la route aux autres usagers déjà engagés, tout comme bien circuler dans le sens de circulation lorsque vous êtes dans un parking... Deux erreurs fatales très courantes.
Les formateurs expérimentés parlent régulièrement de "petit Code, petite conduite". En résumé, vous ne devez plus vous poser de questions sur le Code à la veille de l'examen.

Bien connaître le déroulement de l'examen

Dans un objectif de mieux appréhender l'épreuve du permis de conduire, connaître son déroulement est le troisième conseil. Cela vous permettra – si vous êtes stressé – de connaître votre progression tout au long des 32 minutes d'examen (ce qui est très long), et éviter de vous sentir perdu dans une conduite qui n'en finit pas. De plus, rien ne vous surprendra quant à son déroulement, et vous vous sentirez plus à l'aise au volant.
Néanmoins, à l'approche de la fin de l'épreuve, n'accordez-vous aucun relâchement ni même à priori quant à votre réussite de l'épreuve. Cela pourrait vous déconcentrer. Accordez-vous ce moment de répit uniquement à la fin de l'épreuve, une fois sorti de la voiture. N'imaginez pas de pièges tendus par les inspecteurs, c'est un mythe.

Le guide de survie de l'examen du permis de conduire

Pour la pratique :

Les heures de leçon de conduite permettent :
  • un avis professionnel sur votre conduite,
  • la reconnaissance des parcours susceptibles d'être utilisés le jour de l'examen,
  • un rappel des méthodes, notamment pour les manœuvres,
  • la mise en condition de l'examen (bien s'installer à bord, se familiariser avec les interventions orales de l'examinateur, notamment pour donner les directions à suivre).
 
Les trajets avec votre accompagnateur permettent :
  • pouvoir s'entraîner sans additionner les factures d'auto-école,
  • s'entraîner plus longtemps, avec des conditions différentes,
  • sans regard de votre moniteur, éviter le stress pour se remettre en condition de conduite "permis".
 
Sur la théorie :
 Pensez à travailler les séries de questions théoriques : deux bonnes réponses et ce sont deux points gagnés non négligeables.

Revoir le Code de la route :
  • pour éviter des erreurs ou des hésitations dans votre conduite, qui pourraient être fatales.
Connaître le déroulement de l'épreuve :
  • dans un souci de mieux l'appréhender, éviter d'être surpris et prendre compte de sa progression.
Quelques conseils logiques aussi


Rendez-vous avant sur le lieu de départ des examens
Cela vous permettra de vous rassurer et de sentir le lieu comme étant assez familier, sachant qu'il se peut que vous soyez obligé d'attendre quelque temps entre l'heure affichée sur votre convocation et l'examen. Cherchez s'il y a des endroits pour s'asseoir en attendant, etc.
De plus, n'hésitez pas à faire à pied le début du parcours afin de reconnaître les premières difficultés auxquelles vous pourrez rencontrer. Cela vous permettra de vous sentir plus à l'aise en commençant votre épreuve.

Bien planifier la dernière heure de leçon de conduite
Si le planning de votre auto-école le permet, essayez de programmer votre dernière heure de leçon de conduite au plus proche de la date (ou de l'heure) de l'examen. Cela vous permettra d'être déjà bien dégourdi au volant : habile et actif.

Pensez à bien "appuyer" vos contrôles
Lors de l'épreuve, l'examinateur qui se trouve sur le siège passager cherche à être discret et un simple observateur. Il n'est pas votre moniteur de fait, il ne tourne pas réellement la tête vers vous quand vous effectuez vos contrôles (même si cela ne veut pas dire qu'il ne vous observe pas). De votre côté, il est primordial que vous appuyez le plus vos contrôles en montrant bien que vous tournez la tête vers vos rétroviseurs, et sans oublier les angles morts.

Bien dormir, et avoir mangé
Comme tout examen, l'épreuve du permis de conduire suppose d'être en forme. D'autant plus que conduire demande à perpétuellement analyser la situation qui se présente autour de vous. En conduite, on exigera de vous d'être pleinement actif. C'est indispensable pour que vous puissiez assurer votre sécurité et celle d'autrui. Ainsi, une bonne nuit, un plat de pâtes la veille et un esprit clair et réveillé avant votre épreuve seront des points tout autant déterminants.

Vendredi 22 Juin 2018
Hadrien Augusto



Code | Les examens | Les interrogations orales P.L. et BE | Les interrogations écrites P.L | Le guide d'evaluation P.L. et BE




Recherche

Zone de Téléchargement




pub