Permis Pratique

Privatisation du Code de la route : de nouvelles possibilités pour tous les candidats aux permis de conduire.



Un examen identique partout, mais 40 questions spécifiques

L'examen en lui-même se déroule de la même manière quelle que soit la filière et les questions sont issues de la même base secrète de 1000 questions gérée par le Ministère de l'Intérieur. Prise au hasard, chaque série de questions est en revanche spécifique à chaque candidat, votre voisin dans la salle a donc une autre série, le copiage est donc impossible.
À noter également que l'annonce du résultat est différée de quelques heures volontairement, votre surveillant n'en a pas connaissance, il est notifié par un mail du ministère. De même, l'accès à l'examen répond aux mêmes conditions à savoir la présentation de documents d'identité en cours de validité et recevables. Un décret précise d'ailleurs les pièces d'identité recevables pour tous les examens du permis de conduire.
Pour guider les candidats, retrouvez nos articles pratiques pour passer le code à La Poste ou avec SGS. Chaque structure garantie un examen du code de qualité, n'hésitez en revanche à les mettre en concurrence pour trouver la session la plus adaptée à votre emploi du temps et à votre région.

Deux philosophies

Avec notre enquête, deux philosophies coexistent avec la Poste qui repose sur un maillage territorial important et donc une présence physique de proximité ; ce qui est clairement un atout, son va-tout presque. L'examen du Code de la route apparaît d'ailleurs comme un moyen de subsistance de ce maillage en diversifiant les services.
Chez SGS, la culture privée est dans les gênes, un million d'euros d'investissement et déjà 50 embauches d'examinateurs. Postier reconverti chez l'un et examinateur récemment chez l'autre, tous ont bénéficié d'une formation de deux jours avec au programme : gestion technique de la tablette, le contrôle de l'identité des candidats et la gestion de l'accueil du public et de ses risques. Chez SGS, acteur important du contrôle technique automobile en France, l'échange de données avec l'administration est son atout. Reste à savoir si cette privatisation du Code est la première étape vers la privatisation de l'examen pratique (la conduite), la question reste ouverte.

Un résultat, malheureusement toujours sans justification

Cette externalisation si elle améliore la vie des candidats aux permis de conduire, fait malheureusement aussi perdurer une carence récurrente de l'examen du code, le candidat ne connaît toujours pas ses erreurs. L'échec est ainsi inexplicable et peut être vécu comme une sanction. Le problème n'est pas totalement inconnu pour l'État qui le règle depuis toujours en retardant volontairement l'annonce du résultat : on le cache sous le tapis.Vous imaginez à l’école une note à un exercice sans le corrigé !Évidemment pour que l'examen ait une fonction pédagogique, il faudrait alors dévoiler en partie les 1000 questions super secrètes de la base de données, ou au moins le thème qui a mis en échec le candidat (priorité à droite, règles de stationnement par exemple). Le mieux serait néanmoins de rendre publique cette base de questions, au risque de montrer qu'elles sont parfois complètement incompréhensibles. Il est bien dommage que cette réforme oublie cet aspect et alors que la technique le permet désormais sans problème.

1 2


Vendredi 22 Février 2019
Christophe Harmand



Code | Les examens | Les interrogations orales P.L. et BE | Les interrogations écrites P.L | Le guide d'evaluation P.L. et BE