Permis Pratique

Généralités sur les examens et les épreuves des permis P.L. et BE



VIII. Les régularisations

Arrêté du 20 avril 2012 modifié fixant les conditions d’établissement, de délivrance et de validité du permis de conduire :

Article 3 I C
« La personne qui souhaite faire supprimer ces restrictions doit régulariser son permis de conduire sur piste pour les véhicules des catégories A1, A2 et A et en circulation pour les véhicules des autres catégories. L’expert vérifie que le changement de vitesses manuel est utilisé de manière efficace par le candidat et le mentionne dans l’avis destiné au préfet. »

Article 3 II
« Les candidats au permis de conduire les véhicules spécialement aménagés pour tenir compte de leur handicap physique passent l’examen défini à l’article 2-IV ci-dessus. Préalablement à l’épreuve, l’expert vérifie que les aménagements du véhicule proposés à l’issue du contrôle médical définis aux articles R. 226-1 à R. 226-4 sont adaptés.

Au cours de l’épreuve, l’expert vérifie que les aménagements du véhicule qu’il a définis sont utilisés de façon efficace et les mentionne dans l’avis destiné au préfet.

Un conducteur titulaire du permis de conduire d’une ou de plusieurs des catégories
suivantes : A1, A2, A, B1, B, BE, C, D, CE, DE, C1, D1, C1E, D1E, et atteint postérieurement à la délivrance du permis de conduire d’une affection susceptible de rendre nécessaire l’aménagement du véhicule pour tenir compte de son handicap physique doit régulariser son permis de conduire.

L’expert vérifie que les aménagements du véhicule proposés a l’issue du contrôle médical
prévu par les articles R. 226-1 à R. 226-4 sont adaptés.

Au cours d’un exercice de conduite, l’expert vérifie que les aménagements du véhicule qu’il a définis sont utilisés de façon efficace et les mentionne dans l’avis destiné au préfet.
La personne qui souhaite faire supprimer ces restrictions doit à nouveau régulariser son permis de conduire. L’expert vérifie que les commandes sont utilisées de manière efficace par le candidat et le mentionne dans l’avis destiné au préfet. »

IX. Conditions psychologiques de l’examen

Attitude générale de l'expert.

Bien qu'il ne constitue qu'une fraction de son activité journalière, l'expert doit tenir compte de l'importance de cet examen pour le candidat.

L'expert doit considérer que chaque candidat :
  • · s'est préparé pour être au niveau de l'épreuve
  • · appréhende plus ou moins sereinement l'épreuve. Selon les individus, l'émotion peut se traduire différemment et être plus ou moins perceptible
  • · peut se trouver, au départ de l'épreuve, en-dessous de ses possibilités habituelles.
Si chaque candidat admet en général la nécessité de démontrer ses connaissances et aptitudes en matière de conduite, il entend légitimement avoir la possibilité d'effectuer son épreuve dans les meilleures conditions possibles.

Il appartient donc à l'expert :
  • · de faire preuve d'une politesse et d'une courtoisie constantes ;
  • · de veiller à la plus grande neutralité dans l'expression orale et l'observation du candidat
  • · de s'assurer que tout ce qui est demandé est bien compris
  • · d'éviter toute attitude dépréciative envers le candidat, qu'elle soit formulée ou non
  • · de s'interdire toute interprétation immédiate, tout jugement de valeur "a priori", qu'il soit favorable ou pas
  • · de lever toute ambiguïté, notamment dans les consignes.
L'attitude générale de l'expert doit se fonder sur l'objectivité de son évaluation et le respect du
principe d'égalité de traitement des candidats.

Pendant le premier contact.

Le premier contact a une influence déterminante sur le déroulement de l'examen et le résultat final. S'il est vrai qu'en situation d'examen, un candidat perd habituellement une partie de ses moyens, la qualité de l'accueil peut, dans une large mesure, contribuer à compenser cette difficulté.
L'expert doit prendre l'initiative du premier contact, et ne pas se formaliser s'il n'obtient pas en retour la courtoisie escomptée.

Pendant l'examen.

La qualité d'une évaluation dépend du niveau d'expertise technique de l'expert, mais également de sa capacité à instaurer un climat propice à la restitution des compétences réelles du candidat.
L'expert s'assure que le candidat a bien compris ce qui lui est demandé.
L'expert pourra instaurer un dialogue avec le candidat tant dans le cadre de l'évaluation que pour lui signaler des actions défaillantes.
Dans le même esprit, il pourra lui prodiguer des recommandations et des conseils, s'il estime qu'ils peuvent être de nature à favoriser la restitution des compétences.
En cas d'émotivité importante constatée en cours d'épreuve, il peut être utile de s'arrêter quelques instants pour permettre au candidat de retrouver son calme et ses moyens.

1 2 3 4


Lundi 30 Juin 2014
Permis Pratique



Dans la même rubrique :
< >

Code | Les examens | Les interrogations orales P.L. et BE | Les interrogations écrites P.L | Le guide d'evaluation P.L. et BE


pub


Recherche

Zone de Téléchargement






Advertisement

Advertisement

pub