Quantcast
Permis Pratique

Les permis pour conduire les quads et les SSV


Pour conduire un quad ou un SSV sur le domaine public, le permis auto B (18 ans) ou B1 (16 ans) est obligatoire, mais la machine doit également être homologuée et en fonction de sa catégorie et de son usage, il existe quelques subtilités à l’image de l’homologation T1 ou T3 qui dispense alors du permis pour les salariés d’une exploitation agricole.


Depuis le début des années 2000 et le développement de ce marché, les quads et SSV sont soumis à homologation pour circuler sur toute voie ouverte aux engins à moteur ; y compris en tout-terrain sur le domaine public (hors terrain privé donc). Que ce soit sur route – ce qui n’est toutefois pas leur vocation première – ou dans les chemins, tout quadricycle doit être immatriculé. Il est donc obligatoire de posséder un permis de conduire dans tous les cas et la règle est exactement la même pour un SSV (Side-by-Side Vehicle, appelé parfois buggy), véhicule apparu plus récemment qui se reconnaissent donc avec leurs deux sièges côte à côte et leur volant.
 


Le permis B (ou B1) auto est indispensable depuis 2013, sans formation supplémentaire

Désormais pour prendre le guidon d’un quad ou le volant d’un SSV sur le domaine public, le permis auto (B) est indispensable et ce depuis 2013 et la réforme européenne des permis de conduire. À noter que vous n’avez pas besoin de formation supplémentaire de 7 heures, comme pour les trois-roues ou les motos 125. Les quads et SSV avec leurs quatre roues sont conduisibles directement avec un permis B.
À partir de 16 ans, vous avez également la possibilité de conduire un quad ou un SSV avec le permis B1 qui dispose néanmoins pratiquement du même programme de formation que le permis B auto (avec Code et 20 heures) et puis il faut trouver l’auto-école qui propose ce type de permis. Assez peu d’intérêt pour les jeunes de 16 à 18 ans en fait.
 

Avec les permis B ou B1, vous avez la possibilité de conduire également hors de France, votre quad ou votre SSV, un rappel important pour les frontaliers ou les les utilisateurs de camping-car qui recherchent un véhicule annexe et alors que ce n’est pas le cas pour les deux-roues 125 avec la formation de 7 heures.
Attention, les permis moto A2, A1 et A obtenus depuis 2013 ne permettent pas la conduite des quads et SSV L7e. Cette possibilité existe uniquement pour les anciens permis moto A et A1 obtenus avant le 19 janvier 2013. Dans le cas d’un retrait ou d’une suspension de permis B, vous perdez aussi la possibilité de conduire votre quad ou votre SSV.

Les différentes homologations pour les quads et les SSV

Initialement homologués dans la catégorie des quadricycles lourds (L7e), les constructeurs se tournent de plus en plus fréquemment vers l’homologation “Tracteur agricole“ pour les quads et les SSV. Les quads répondent ainsi à la catégorie T3 et les SSV à la catégorie T1. Et ce, pour des raisons principalement d’ordre technique
Les quadricycles lourds L7e (quads et SSV) depuis l’Euro4 ne doivent pas dépasser les 90 km/h mais ne possède pas de bridage ou de limitation puissance. En revanche, cette catégorie L7e impose un différentiel arrière et le passage à l’injection électronique pour se conformer à la norme Euro 4 ; et aujourd’hui à l’Euro 5. Et forcément, cela représente un coût incompressible pour les constructeurs de véhicules.
 

Pour pallier ces contraintes, les marques se tournent donc vers la certification “Tracteur agricole“. Moins contraignante en termes techniques, et conservant également la pleine puissance, les quads T3 et SSV T1 sont toutefois bridés à 60 km/h … à l’exception des véhicules munis du système d'antiblocage des roues (ABS) ! Le constructeur québécois Can-Am, et plus récemment son concurrent américain Polaris, obtient depuis 2018 l’homologation T3b ABS (quads) et T1b ABS (SSV) ce qui leur permet de dépasser les 90 km/h pour certains de ses véhicules.

Les autres avantages de l’homologation Tracteur (T1, T2, T3 ...)

Exempté de certaines contraintes techniques, l’homologation de type Tracteur agricole permet une récupération de la TVA pour les professionnels lors de l’achat du véhicule. Autre avantage financier, cette fois valable pour tous, la carte grise à 1 cheval fiscal (prix moyen national : 42 euros), on est bien loin de 7 ou 9 chevaux des grosses cylindrées des L7e ! Outre un prix d’achat moins élevé chez le concessionnaire qu’une version L7e, la facture finale donc bien plus avantageuse.
Mais le plus gros atout de cette homologation concerne les exploitants agricoles ou forestiers. Outre ses avantages fiscaux, tout salarié agricole âgé de 16 ans minimum peut conduire un quad ou un SSV homologué Tracteur sans permis. À condition de s’en servir dans le cadre exclusif de son travail. N’imaginez donc pas partir en balade le week-end, le permis B ou B1 redeviendrait obligatoire ! Le monde du quad parle parfois d’une homologation MAGA, mais cette réglementation est ancienne, elle était utilisée principalement par Yamaha.

Pour les quads 50 cm3

Ces quadricycles légers (L6e), accessibles dès 14 ans, réclament un permis AM pour les personnes nées depuis le 1er janvier 1988. Aucun permis n’est exigé pour les personnes nées avant 1988. Voilà pourquoi ces 50 cm3 sont parfois prisés dans le cadre du sans permis.
Leur cylindrée ne doit pas excéder 50 cm3, leur vitesse est limitée à 45 km/h, tandis que leur poids doit être inférieur à 350 kg. Attention, certains 50 cm3 ne sont pas homologués et ne peuvent donc pas évoluer sur l’espace public.

L’utilisation dans un cadre sportif

L’utilisation d’un quad sur un terrain privé de type motocross (affilié Fédération française de moto ou Ufolep) ne réclame quant à lui aucun permis de conduire. Une licence FFM ou Ufolep (entraînement ou compétition) est suffisante. Le type de quad est généralement un 450 cm3 sportif et spécifique à ce genre de circuit bien particulier. Ces modèles sont rarement homologués et ne peuvent donc pas rouler en dehors de ces terrains de cross ou d’endurance privés.
Quant aux SSV, ils sont liés à la Fédération française du sport automobile (FFSA). Volant et siège obligent ! Tout pilote peut donc évoluer sans permis sur des sites recevant une homologation FFSA avec une licence appropriée.

SSV : la formule plébiscitée

SSV est l’acronyme de Side-by-Side Vehicle ; véhicule dans lequel on est assis côte à côte. Ce type d’engin motorisé est muni d’un volant, de 2 sièges minimum et d’un arceau fut initié en 1988 par Kawasaki avec sa fameuse Mule 1000. Véhicule utilitaire à la base, il offre un concept plus loisir-utilitaire depuis l’arrivée du Yamaha Rhino 660, commercialisé fin 2004. Trois ans plus tard, en 2007, le constructeur américain Polaris qui produit déjà plusieurs modèles Ranger utilitaires – lance le RZR 800. Immédiatement classé loisir sportif, ce 800 cm3 bicylindre ouvrira la voie à une longue lignée de SSV de plus en plus sportif. Polaris sera d’ailleurs le premier constructeur à remporter la catégorie SSV au Dakar avec le team français Xtreme Plus. Can-Am délivre à son tour des Maverick 3 cylindres turbocompressés et remporte le classement SSV des dernières éditions du rallye-raid.

Mardi 11 Mai 2021
David Thomas - Texte et photos



Tous les permis | Permis Auto B | Code et Examens | Jeune Permis | Conducteur | Auto Conseils | Permis moto | Moto Conseils