Permis Pratique

Gladius : Du tempérament, mais abordable et facile

Essai Suzuki Gladius 650 A (72 ch) et A2 (47 ch)


Ultra adaptée aux nouveaux motards, mais avec un « vrai » moteur au caractère affirmé, la Gladius est aussi abordable, fiable et surtout évolutive très facilement après la période de deux ans du permis A2. Nous avons essayé les deux versions 47 ch et 72 ch, le sourire aux lèvres à chaque fois.


La France est balayée par une tempête hivernale, pluie, froid et surtout des rafales de vent sont au programme. Peu importe la météo, quand on vient d'obtenir son permis, c'est pour rouler. En revanche, dans ces conditions effroyables, il faut surtout une moto qui soit facile à piloter, rassurante et sécurisante. Notre Gladius a immédiatement fait étalage de ces qualités propres à rassurer toutes les expériences.
Si la hauteur de selle de 785 cm est un peu haute pour les petits gabarits (des kits de surbaissement de 25 - 30 mm existent chez les accessoiristes), la position de conduite est en revanche très confortable avec un dos laissé droit et un guidon assez large et plat. Même pour les motards expérimentés, vous avez l'impression de piloter une grosse moto. A petite vitesse, l'embrayage par câble est léger et presque progressif (une commande hydraulique est néanmoins plus douce) et le rayon de braquage est un peu grand. Si vous avez passé l'âge de tourner autour des plots, tout va bien ! En résumé, la prise en main est donc super évidente, la Gladius n'est surtout pas une moto sans saveur. Sa force est évidemment son moteur bicylindre de 650 cc à 90°, celui qui officie sur la SV depuis des lustres et qui fait des merveilles. Vous avez déjà cette sonorité rauque, ensuite ce couple à bas régime qui permet d'être un peu feignant du sélecteur et enfin cette puissance si vous décidez de tourner la poignée d'accélérateur, du fun partout.
 

Moto évolutive de 47 ch (A2) à 72 ch (A) en passant chez un concessionnaire de la marque

En version 47 ch pour le permis A2, la Gladius présente l'avantage de ne jamais donner l'impression d'être bridé ou même sous motorisée et distille une belle impression de couple à bas régime. Après 5 / 7 000 tr/min, elle s'essouffle tout de même, mais l’essentiel est bien là, les performances vous permettent de vous s'insérer mais aussi de survoler la circulation, de doubler en toute facilité et même de faire sérieusement attention aux limitations de vitesse, l'autoroute en duo reste même envisageable.
Après la période probatoire de deux ans et en passant chez un concessionnaire Suzuki, la Gladius retrouve légalement 72 ch avec son débridage technique et sa mise en conformité administrative. (Voir notre sujet sur le bridage et le débridage des Suzuki)
Les 25 ch supplémentaires, la Gladius les offre après 7 000 tr/min et dans la foulée la sonorité se fait plus virile. Si les performances augmentent considérablement, la Gladius se transforme en vraie grosse moto avec laquelle il faut garder la tête froide et acquérir de nouveaux réflexes.
En toute logique la Gladius « full » devient plus brutale, plus attachante aussi. Le pari est gagné, dans les deux cas, la Suzuki offre le meilleur parti de la réglementation et une puissance à tiroir qui permet d'effectuer sa période probatoire de deux ans tout en commençant sérieusement à s'amuser et d'accéder ensuite à une puissance et à des sensations d'un très bon niveau. La politique Suzuki d'offrir le bridage à seulement 100 € est aussi un argument massue avec une consommation moyenne de 5,5 l/100 qui permet plus de 250 kilomètres d'autonomie.

Dimanche 3 Avril 2016
Christophe Harmand



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 2 Octobre 2016 - 11:40 Yamaha MT-03 : La 300 qui compte double

Lundi 29 Août 2016 - 12:17 Kawasaki 300 Ninja : La furie verte


Conduite | Pratique | Entretien Moto | Equipement Moto et Pilote | Technologie moto | Guide d'achat A2 | Culture Moto



Le Permis moto en vidéo

Découvrez toutes les nouvelles épreuves du permis moto depuis 2013 en vidéos présentées par Thierry Le Pallec qui a élaboré une grande partie des nouveaux parcours pour la DSCR et Mathieu Lagrive, quatre fois champion du monde d'endurance, mais aussi jeune permis sur la route.

Permis Pratique



Recherche